Juyon Bantai Index du Forum
 
 
 
Juyon Bantai Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

Chap 1 : Les premiers pas d'un Arrancar en quête de justice

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Juyon Bantai Index du Forum -> Juyon bantai -> Histoires
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Angel Ryuuji
Arrancard/Hollow

Hors ligne

Inscrit le: 27 Juil 2011
Messages: 123
Masculin Cancer (21juin-23juil) 鷄 Coq

MessagePosté le: Mer 3 Aoû - 11:28 (2011)    Sujet du message: Chap 1 : Les premiers pas d'un Arrancar en quête de justice Répondre en citant

Ceci est un récit du passé de Angel en beaucoup, beaucoup plus développé. Appréciez-le bien.

Ah et j'ai rajouté un petit truc interactif à faire pour les lecteurs, chaque parties a une musique-clé vous pouvez l'écouter en lisant si vous voulez ^^

1er mouvement : Le commencement

Musique-clé : Anxiety - Angel Beats Original Soundtrack (1:49) puis au moment de l'Arrachage de masque activez la muisque Worthy rival - Angel Beats Soundtack (2:06)




Le récit :
Cela faisait un certain temps que un individu appelé Aizen était venu au Hueco Mundo, depuis son arrivée un grand nombre de mes congénères disparurent malgré le fait qu'ils n'étaient pas particulièrement faibles.

En général nous autres Hollows ne nous exterminons pas entre nous, nous avons chacun un territoire et si un des Hollow empiète sur le territoire d'un autre : un affrontement a lieu et il en ressort un vainqueur et un mort, ceci est la loi qui régit cette terre.

Or, je n'avais ressenti aucun affrontement de ce genre juste le même schéma à chaque fois : un reiatsu étrange et plus fort que la moyenne arrive, puis la présence du Hollow à ce territoire disparait. Malgré le fait que je sache exactement comment cette force mystérieuse opère, à chaque fois ma venue sur le territoire du Hollow en question, afin de cerner l'étendue du problème, se ponctue sur un affrontement avec un agresseur.

Ce qui était le plus étrange c'est que chaque agresseur paraissait être un Hollow, mais leurs masques étaient partiellement arrachés, de plus ils portent avec eux des sabres un peu à la manière des Shinigamis.

Chaque jour je tuais plusieurs "agresseurs", mais il en revenait sans cesse, alors que le nombre de Hollow continuait à diminuer.

Un jour un groupe constitué de 3 de ces agresseurs fit irruption sur mon territoire, je masqua ma présence puis écouta leur conversation :

"- Tu as entendu parlé du Hollow qui vivrait dans ce secteur ?
- Non. Pourquoi tu me demandes ça ?
- Et bien à ce qu'il paraitrait, la disparition de nombreux Arrancars dans ce secteur serait de sa faute.
("Arrancars" qu'est-ce que c'est ?)
- Oui j'ai même entendu dire qu'il nous pourchassait et traquait un par un.
- Vous êtes pas sérieux quand même là ? De toute façon, notre nouveau pouvoir donné par le seigneur Aizen nous rend invincible.
- Tu n'as pas tort... mais toutes ces rumeurs doivent être fondées vous ne croyez pas ?
- Peuh de tout de façon tu as toujours été un lâche même quand tu étais encore un Hollow !!!

(Quand il était encore un Hollow ? je ne comprends plus rien, en tout cas même si je suis puissant affronter 3 de ces "agresseurs" me parait risqué je risquerais de sortir de ce combat blessé et épuisé, ce serait problématique)

Je décidais de battre en retraite, reculant petit à petit quand j'entendis soudain :
"HEEEEY YA UN HOLLOW ICI JUSTE A COTE DE VOUS !!!"

Je tournai la tête pour voir qu'il n'y avais pas 3, mais 4 "agresseurs"
(Raah c'est bien ma veine tout ça)
Je déployai mes ailes afin de prendre la tangente par les airs, cependant un de ces misérables tira un Cero qui m'en arracha une, j'allais m'écraser lourdement sur le sol, je me servis de l'aile qui me restait pour essayer d'atterrir dans une position qui me serait avantageuse... mais les 4 "agresseurs" m'envoyèrent leur Cero en pleine figure... la douleur de l'aile arrachée, la rage ressentie pour tout mes congénères assassinés de cette façon, ma longue existence en tant que Hollow... Tout cela allait enfin disparaitre avec ce masque...

...- ...rois qu'il est mort ?
- Bah oui c'est obligé il a plus de masque, un Hollow peut pas vivre sans c'est impossible, tu ne t'en souviens pas ?
- Hahaha imbécile bien sûr que je m'en souviens...

(Taisez vous nom de...)
Tout n'était que souffrance, la lumière pâle fournie par notre lune me transperçait les yeux à travers mes paupières fermés, le sable sur lequel j'étais couché me râpait la peau, l'air froid de ce monde me brulait de l'intérieur et surtout...

- MAIS vous Etes vraiMENT dES IMbéCILES tout lES DEUX mouHAhahHAha

(Taisez vous, taisez vous, taisez vous, TAISEZ VOUS, TAISEZ VOUS)
Le moindre son me transperçait les tympans, je les entendais de façon distordus, m'infligeant une torture mentale et physique horriblement douloureuse.

- MAIS TAISEZ VOUS BON SANG !!!
Criais-je en me relevant d'un seul mouvement. J'agrippai la première forme émettant du bruit qui me vint dans ce regard douloureux sur le monde et je séparai la partie qui émettait du bruit du reste de l'ensemble, je reçus une éclaboussure d'un bleu turquoise sur la figure tout en regardant cette couleur sortir de la zone que je venais de séparer, voir cette couleur avait un effet apaisant et enivrant. Mais d'autres "bruits" étaient émis de 3 autres "formes", je fis réserver le même sort au premier que je pus attraper, une autre gerbe de cette couleur magnifique vint m'éclabousser. Les 2 derniers commencèrent alors à émettre de plus en plus de "bruits", fatigué de la vision que j'avais du monde il me semblait qu'il me fallait libérer encore plus de "couleurs turquoises" pour pouvoir enfin me sentir libéré. Je plantais violemment mes mains dans le "milieu" de ces 2 "formes", puis dans les 2 premières "formes" Toute la zone était devenue bleue turquoise, les bruits s'étaient arrêtés, le monde était redevenu "paisible". Je m'évanouis sur place.

Quelques heures plus tard, mon réveil se fit dans une marre rougeatre 4 corps étaient disposés autour de moi, tous étaient éventrés et 2 d'entre eux étaient décapités. Mes ailes avaient disparus et à ma ceinture étaient attachés un sabre et un revolver tout deux reliés par une chaine.

Mon esprit était encore embrumé mais je savais que j'étais devenu comme "eux", que j'étais devenu un "Arrancar", je me souvins de ce qu'avait dit l'un de ces Arrancars, comme quoi c'était cet Aizen qui l'avait rendu comme ça.

(Mais dans mon cas ça ne peut pas s'appliquer, je devrais voir si d'autres "Arrancars" se font exterminer, hmm concentration, concentration... hey ça marche plus........ Bon essayons une autre méthode... je connais la fréquence que j'émets donc si je veux repérer d'autres comme moi il faut que je me concentre sur ça....)

- Woowowo y en a autant que ça ?

(Bon maintenant observons ceux qui disparaissent et ceux qui se déplacent en groupe.... Tiens cette zone connait beaucoup de disparus c'est bizarre, bon faut que j'y aille)

Je me mis à courir pour prendre mon envol mais je me souvins que mes ailes avaient disparu. J'étais vraiment perplexe sur la manière de me déplacer rapidement, sur ce corps que je maitrisais pas du tout, mais aussi sur les 2 armes que je portais.

C'est ce moment que choisit un Arrancar pour entrer en scène :

"- Qui es-tu d'où est-ce que tu viens ?"

(Waouh mais qu'est-ce qu'il a l'air faible celui là)

- Hmm je suis... je suis... je suis... (Je ne sais pas du tout qui je suis moi...argh)
- Tu m'as l'air très louche toi... A mort !!!

Il leva son sabre dans l'espoir de me pourfendre, je sortis mon propre sabre afin de parer son attaque et pointa mon revolver sur lui, j'appuyai sur la gachette...Rien ne se produisit pas même une petite détonation.

(Mais c'est quoi cette arme qui marche même pas ?!!)

Notre affrontement allait s'allonger sur la durée, je décidai de lui porter un coup, coup qui atteint sa cible, coup qui fit briller un chainon de la chaine entre mon sabre et mon revolver.

(C'est quoi ce bidule, aaah peut-être que je peux tirer maintenant...)

Je repointai mon revolver sur mon adversaire et appuya sur la détente, cette fois-ci un jet d'éclair sortit de mon arme pour aller frapper de plein fouet mon adversaire, mais mon adversaire disparut avant même d'être touché

- Tu ne pourras pas m'atteindre avec la vitesse que je développe grâce au "Sonido" que le seigneur Aizen m'a légué.

(Il a parlé de vitesse donc ce n'est pas de la téléportation, or chez les Hollows aucun d'entre eux ne peut développer une telle vitesse, j'en conclue donc que je serais capable de le reproduire en l'imitant... encore faut-il que je le voie... à moins que)

Je fermais les yeux afin d'aiguiser mon ouïe, c'est bien ce que je pensais ce n'est que du déplacement très rapide basé sur une forte concentration d'énergie brève dans les jambes.

Je le rattrapai et lui fit mordre la poussière
.

- Bon très bien tu l'auras voulu tu vas avoir affaire à ma "resureccion"... Oublie,Hiretsuna Kage

("Resureccion" ? Et pourquoi il a changé d'apparence, on dirait presque un Hollow quoi qu'il en soit il suffit que je lui coupe la tête pour le tuer)

D'un mouvement sec je planta mon sabre dans son crane et à l'aide de mon revolver je l'enfonçais de plus en plus profondément en tirant dessus.

-Bon ça... c'est fait...
Dis-je en retirant le sabre à l'aide de la chaine.


2eme mouvement : L'éveil

Musique-clé : Unmei no Hajimari - To aru Majutsu no Index Original Soundtrack (2:52)


Le récit
Je regardais le cadavre de l'Arrancar que je venais de tuer d'un air pensif.

(Voila ce que je sais, apparemment la plupart des Arrancars ont été fabriqués par Aizen, ces Arrancars seraient basés sur des Hollows, or la force de ces Arrancars dépasse clairement celle des Hollows ordinaires, mais ils n'ont pas l'air d'être ni des Adjuchas et encore moins des Vasto Lorde et pourtant ils ont une certaine forme humaine, il y a aussi cette "resureccion" qui semblerait être une capacité permettant à un Arrancar de se transformer en Hollow)

Je cherchais l'épée qu'il devait porter

(Bizarre j'étais pourtant sûr qu'il en avait une, est-ce que ce serait sa transformation qui l'aurait fait disparaitre ?... Bon quoi qu'il en soit rester ici ne m'apportera pas plus de réponse)

Je me relevais, quittant le corps de l'Arrancar mort à mes pieds. Je sentis soudainement un grand nombre d'Arrancars en mouvement, et chaque présence Hollow qui était sur leur passage disparaissait. Je bouillonnais de rage face au massacre que je pouvais clairement sentir.

(Ils étaient Hollows et ils massacrent à présent les Hollows... Je vais leur faire payer... à tous... tous autant qu'ils sont...)

Utilisant ce que je venais d'apprendre en observant l'Arrancar que je venais de tuer, je me rendis au plus vite aux lieux des massacres.
Tout n'était que désolation, le sol était couvert de dizaines de cadavres d'Hollows.


- ...haha tu as vu comment le dernier avait détalé et BLAM un Cero dans sa carcasse...
- Ah oui et aussi tu as vu comment l'un d'entre eux s'est mis à me supplier... j'étais mort de rire...
- Ils étaient vraiment pitoyables
- Ouais c'est clair
- Bon que diriez vous de passer au groupe suivant ?
- Oh oui j'ai hate...


...Le fait d'entendre ces paroles me fit entrer dans une rage profonde... Supplier ?... Mort de rire ?... Groupe suivant ?... Pitoyables ?... Ces êtres ne méritaient même pas de marcher sur la même terre que moi... Je devais les annihiler... Les rayer de la surface du Hueco Mundo... Si ils ne sont pas punis... Je me chargerais du travail... Je ferais tomber sur eux ma sentence... Oui c'est ça si les dieux de ce monde ne peuvent les juger... J'exécuterais MA sentence divine... Je m'approchais d'eux le reiatsu menaçant...

- Mais qui c'est celu...

Le monde se figea d'un seul coup, un être étrange sortit de mon ombre il avait forme humaine, il portait un long manteau de fourrure noir, un gant blanc et un gant noir, deux ailes noires sortaient de son dos et son visage était caché par un masque de Hollow.

- Alors comme ça tu souhaites abattre le jugement divin sur ces "déviants" ?
- Pas du tout tu te trompes...
- Ah oui et en quoi ? La bouche de son masque s'entrouvrit et je pus entendre un faible ricanement.
- La justice divine n'existe pas en ce bas-monde, nous ne pouvons compter que sur nous même...
- Ah oui ? Mais alors pourquoi es-tu en colère ? Si on ne compte que sur soi-même tu n'as pas à te mêler des affaires des autres n'est-ce pas ?... Le ricanement devenait à présent complètement audible
- C'est justement parce que cette justice divine n'existe pas que je me dois d'être celui qui l'exécutera...
- Pourquoi ça ? Les êtres ne te seront jamais reconnaissants pour ce que tu feras...
- Je le sais bien... mais je ne peux laisser d'autres êtres se faire massacrer sous prétexte que certains aient acquis leur force artificiellement... Nous devrions être sur une terre où ce genre de gain artificiel de force ne devrait pas avoir lieu et ne devrait même pas exister...
- Pourtant tu as bénéficié de ce gain de puissance... ne serais-tu pas autant coupable qu'eux ?
- Sans doute... c'est pourquoi j'ai décidé d'être l'avant-garde de cette justice folle contre mes congénères... quitte à en mourir...
- Hmm bonnes réponses je dirais... Sauf pour la dernière... Il rapprocha son visage du mien... Tu ne dois PAS mourir, c'est compris ?
- J'en jugerais quand le moment viendra.
-Hmm très bien... je te donne le droit d'utiliser ton ancienne forme... Ainsi que ta vraie puissance... mais laisse moi prendre le contrôle du corps afin de te faire une petite démonstration... Tu apprendras quelques trucs comme ça...
- Pas question... JE serais celui qui abattra la justice sur ces misérables !!!
- Hmm je comprends... encore une chose si tu cherches à connaitre ton passé d'humain tu pourrais chercher la Caverne des Regrets Eternels... je pense que tu as gagné le droit d'y aller héhéhé... maintenant jeune Arrancar... CRIE...

- FOUDROIE, KAMINARI NO TENSHI !!!

La foudre tomba du ciel du Hueco Mundo pour la première fois. Cette même nuit un immense groupe de Arrancars fut décimé...


3eme mouvement : L'arc des souvenirs 1ere partie

Musiques-clés : Friend - Yours (1:15) Pour la 1ere partie du récit et Kairi - Yours (2:03) pour la 2eme partie





Le récit
Après avoir pris une petite pause. Je me décidais à aller à cette "Caverne des Regrets Eternels". Bien que je ne savais pas du tout où était ce lieu, mon corps m'indiquait instinctivement vers où me diriger. Rapidement je trouvais cette caverne. Mon monde se refigea à nouveau, je me tournais vers mon ombre en attente de voir apparaitre cet être. Comme attendu, il sortit de mon ombre avec son rictus habituel.

- Alors comme ça tu as décidé de découvrir ton passé...
- Oui pourquoi pas ?
- Cette décision ne peut se prendre à la légère tu dois me comprendre...
- Explique-toi.
- Cette caverne ne peut être trouvée que par certains être spéciaux qui voulaient en savoir beaucoup plus sur leur passé en tant qu'humain...
- Mais c'est normal de vouloir savoir ce qu'on a été non ?
- Tu te trompes... la plupart des êtres de ce bas-monde se contentent très bien de leur existence actuelle, ils ne se préoccupent pas du tout de leur passé d'humain...
- Tu dis la plupart... mais il y en a bien eu quelques uns non ?
- Oui, il y a bien eu des individus qui ont tenté de connaitre leur ancienne existence, beaucoup ont disparu, un grand nombre en ont péri, certains ont perdu la raison, un seul à découvert sa vérité et est toujours en vie, mais...
- Un seul ? Mais quoi ? Qu'est-ce qui lui est arrivé ?
- Et bien on peut dire que cette découverte l'a rendue encore plus fort, mais il a juré d'abandonner son coeur d'être humain suite à la découverte qu'il a fait... la vérité qu'il aurait trouvé l'aurait conduit à la connaissance du désespoir total...
- Le seul a avoir découvert la vérité et à avoir gardé son intégrité n'aurait trouvé que le désespoir dans son ancienne vie ?
- Je ne dis que la vérité... La bouche de son masque s'entrouvrit et laissa échapper un ricanement... Alors que décides-tu ? Je ne te blammerais pas si tu refuses... tu peux tout perdre ou gagner un pouvoir dépassant ce que tu ne peux imaginer... ainsi que la connaissance de ton passé...
- ....... J'accepte....
-Très bien... laisse moi t'emprunter cela.... Il me prit mon sabre.... Bieeeen... Le ricanement s'amplifia..... Maintenant..... Meurs !!!....

Avant que je ne pus réagir il me planta mon propre sabre dans le corps et y fit une grande entaille...
- Héhéhé.... bon voyage....

Ma vision se troublait à mesure que je me vidais de mon sang, je sentais ma vie qui s'échappait à travers cette entaille, j'allais mourir, je ne vis plus rien ce fut le noir complet, j'étais mort...




J'ouvris mes yeux d'un seul coup, je vérifiais si j'étais toujours blessé, mais rien, pas une seule égratignure, j'examinais l'endroit où j'étais c'était un petit cabanon en bois, très simple, je n'avais pour seul meuble que le tissu qui me servait de lit et de couverture. J'avais très froid ce n'était pas normal d'ordinaire les températures ne devraient pas être un problème pour moi et pourtant j'avais froid, dehors la neige tombait à gros flocons le paysage était d'un blanc immaculé, je sentis une douleur me tenailler l'estomac mais je ne m'en préoccupais pas car les douleurs étaient une faiblesse que j'avais abandonné depuis longtemps avec mon existence de Hollow.

J'entendis plusieurs voix à l'extérieur de ma "maison", je sortis mais le vent me lacérait la peau, je rentrais afin de prendre le tissu qui m'avait servi à dormir pour m'en faire une protection contre le vent, malgré cela le froid continuait de m'agresser, les éclats de voix que je percevais ressemblait à une agression, je me précipitais sur les lieux malgré la douleur que je ressentais.

Une fois arrivé sur place je me rendis compte que 4 humains étaient en train de frapper dans un "tas" sur le sol, ce n'est que quand le "tas" hurla de douleur que je compris que c'était un humain qui se faisait frapper. Malgré le fait que je me nourrissais parfois dans le monde des humains, voir un rapport d'inégalité pareil fit monter la rage en moi.

- Hep vous quatre là, arrêtez où je vous démonte
Les 4 Humains s'arrêtèrent de frapper le "tas" qui était devenu inerte pour me dévisager, je reconnu cette expression de cupidité et d'agressivité typique chez les Humains ignorants.
- Tiens encore un autre qui veut se faire tabasser...
- Aaah j'ai hate !!!
- Aller on y va ? On y va ?
- Allez butons le !!!

Ils se mirent à courir vers ma direction, l'un d'eux leva le poing pour me frapper, je tenta d'esquiver mais mon corps ne put bouger, je me le reçut en pleine figure et tomba au sol, la douleur fut insoutenable, je me relevais pour tenter de riposter mais mon coup fut tellement faible que la personne que je frappa ne broncha même pas. Ces 4 misérables ne pouvaient être si forts... c'est impossible...

Pendant qu'ils me frappaient encore et encore, je pleurais... je pleurais face à mon impuissance à sauver cet inconnu et à punir ses agresseurs, mon corps souffrait de toutes parts.

Après plusieurs minutes pendant lesquels ils n'arrêtèrent pas de me frapper, ils partirent en me laissant sur le sol, sans doute pris de lassitude, après avoir attendu qu'ils fussent partis, je tenta de me relever péniblement, mais retomba immédiatement suite à une immense douleur à l'épaule gauche, mon bras s'était déboité, mais plus important mon trou de Hollow avait disparu, la surprise était importante mais le souvenir du "tas" qui souffrait me revint à l'esprit.

Je me dirigeais vers le corps inerte de la personne, puis décida de la porter jusqu'au lieu d'habitation que j'avais, ou plutot devrais-je dire le trainer jusque là, car mon corps était étrangement faible. Une fois à l'intérieur je mis la personne sur le tissu que j'avais et j'attendis que cette personne se réveille. Étrangement j'étais épuisé par ce qui venait de se produire. Le sommeil m'emporta.

Je me réveillais en sursaut en sentant une douce sensation de chaleur sur ma peau. Je voyais tant bien que mal le dos d'une personne assise devant un feu. Je tentais de me relever mais une douleur arriva dans mon épaule.

- Aïe !

Cette personne se retourna soudainement, c'était une humaine ses cheveux étaient argentés, ses traits étaient fins, il semblerait qu'elle ait l'age qui me correspondrait, c'est-à-dire environ 18 ans, mais la couleur de ses yeux me captiva, ils étaient d'un bleu turquoise, plus pur encore que la neige qui tombait dehors.

- Euh... est-ce que vous allez bien ?

Face à l'état dans lequel je suis, je ne peux que dire la vérité.

- Hmm pas tellement, mon épaule gauche me fait souffrir, je crains qu'elle ne soit déboitée et j'ai de multiples douleurs à l'estomac...

- Pour l'épaule je peux peut-être vous aider...
Elle se rapprocha de moi et plaça sa main droite sur mon épaule, délicatement, puis me prit le poignet avec sa main gauche...

- ... Attention...

... Elle fit un violent geste des 2 mains et me tordit le bras dans un craquement des plus effrayant je sentis mon bras se remettre à sa place, mais...

- AAAAAAAAAAAAAARRRRRRRRGGGGGGGGGGG !!!!!!!!! MAIS CA FAIT MAL JE SUIS PAS UN TRUC QU'ON TORD DE PARTOUT !!!

- Je... je... je suis vraiment désolée...

Elle se mit à verser des larmes, qu'elle voulut cacher en se couvrant le visage à l'aide de ses mains. Voir des larmes ne me rendait jamais indifférent...

- Non... non c'est à moi de m'excuser d'ailleurs, je devrais vous remercier j'ai le bras ré-emboité maintenant vous voyez...

Je tentais de faire un sourire réconfortant tout en lui montrant mon bras, elle leva la tête timidement pour jeter un coup d'oeil à mon bras, puis recommença à pleurer de plus belle...

- Mais ton bras il... il... il est ... je... je l'ai...

C'est à ce moment là que je remarqua que mon poignet pendouillait lamentablement à partir de mon avant-bras, c'est aussi à partir de ce moment là que l'adrénaline redescendit et que je pu sentir clairement l'ampleur de ma souffrance...

- OOOHH MON DIEU !!! JE SOUUUFFFRE.... JE SOUFFRE LE MARTYYYYYREEE.... !!!
- Je... je vais te faire un bandage avec le vieux tissu là-bas...
- AAAAAAAARRRRRGGGGG... Quoi ?... NOOOOOOONN....

J'entendis un déchirement se faire, j'étais déprimé. En voyant mon visage attristé, elle me prit en pitié et me dit :

- Ne... ne vous en faites pas... Votre bras sera comme neuf dans un mois...

Un grondement se fit entendre depuis les tréfonds de mon estomac, des larmes commencèrent à couler de mon visage...

- Ah... euh... vous avez faim c'est ça ? Je vais aller dehors pour vous chercher quelque chose...

Quelques moments de souffrances plus tard, elle revint avec des herbes et divers champignons.

- Je vais vous cuisiner quelque chose, attendez ici...

Je gardais le silence tout en l'observant.

(Elle ne semble pas venir de la ville, ses vêtements le prouvent, ils sont rapiécés et usés...)

- Voila c'est prêt !!! J'espère que vous apprécierez :3

Je regardais la mixture pâteuse jaunâtre bouillir dans une casserole de métal ébréchée...

- Euh..... vous voulez m'empoisonner ?

Voyant que les larmes réapparaissaient dans ses yeux, je me disait qu'il fallait me montrer un peu plus gentil...

- Euh... je plaisantais... euh... hmm... ça a l'air très... euh... appétissant... Je vous assure... Je...je vais en prendre... Je pris un bol entier de cette mixture et le but cul-sec... Vous voyez... c'était très bon... J'en repris un autre bol et le but cul-sec également...

Un sourire éclaira son visage, même si ses yeux restaient embués j'étais heureux d'avoir pu la faire sourire...

Je passa la nuit entière à souffrir de maux d'estomacs atroces... Maudite générosité...


4eme mouvement : L'arc des souvenirs 2eme partie

Musique-clé : My most precious treasure - Angel Beats Original Soundtrack (2:48)



Le récit

Après avoir passer la nuit à souffrir, le jour se leva, le soleil était radieux et éclairait la neige d'une chaleureuse lueur. Je sortis un instant afin de me relaxer en admirant ce magnifique paysage, je regarda mon bras, qui avait été bandé la veille, en souriant.

(Elle n'a pas mauvais fond, mais elle est quand même très maladroite cette petite...)

Je rentrais dans ma cabane, elle s'était assoupie dans un coin de la pièce en serrant le reste de mon tissu dans ses bras, la fragilité qui se dégageait d'elle me frappa, les parties de son corps que je pouvais apercevoir étaient couvertes de blessures.

(Pourtant hier soir elle ne pensait pas du tout à s'occuper d'elle, je devrais peut-être l'aider un peu même si c'est provisoire...)

Je sortis dehors afin de trouver quelques herbes médicinales et quelques baies afin de la nourrir un peu. De retour à la cabane, elle était toujours endormie, je préparais une pommade avec les différentes herbes que j'avais trouvé. La pommade prête, je me décidais à lui appliquer alors qu'elle était encore assoupie, je pris une portion de la pommade avec mes doigts et lui appliqua doucement sur ses bras.

Elle se réveilla sous le contact de mes doigts glacés par le froid...

- Non arrêtez... qu'est-ce que vous voulez encore me faire ?...
- Reprenez vous c'est moi... la personne que vous avez soigné hier...

Je la secouais légèrement afin qu'elle reprenne ses esprits, apparemment elle était encore traumatisée par quelque chose...

- Hmm... ooh c'est vous... c'est froid qu'est-ce que c'est ?

Elle regarda le bras sur lequel j'avais appliqué la pommade, puis me fixa, instinctivement je cacha la main avec laquelle j'étais en train de la soigner...

- Euh... ce n'est rien... c'est... c'est juste... c'est juste que je voulais soigner vos blessures... vu qu'hier... et bien... vous n'aviez pensé qu'à moi...

J'étais un peu embarrassé devant la situation, je ne devrais pas aidé les humains, je jetais un coup d'oeil à cette fille.

(Mais elle a l'air tellement vulnérable et si innocente...)

- Hmmm... j'aimerais bien connaitre votre prénom si je puis me permettre ?

Sa question me surprit, bien qu'elle n'était qu'une humaine, je consentis à lui donner mon nom :

- Je m'appelle Angel...
- Angel... c'est un très beau prénom... et on peut dire qu'il vous va plutôt bien...
- Et vous comment vous appelez vous ?

Des larmes montèrent à ses yeux, mais avant que je ne pus réagir, elle me dit :

- J'avais un nom... mais je ne veux pas... il me rappelle trop de mauvais souvenirs... il m'a été donné par de mauvaises personnes...
- Un nom est donné par les personnes qui t'apprécient et te sont proches... mais si tu dis que tu en avais un, cela veut dire que tu n'en as plus à présent... Hmm j'ai une idée JE vais te donner un nom... Si vous êtes d'accord bien entendu...

A la seconde où je prononçais ces mots, elle me prit le bras droit et me regarda droit dans les yeux, ces yeux bleus turquoises me vidaient l'esprit :
- Ao... Aokurin... Des yeux bleus et une pureté incomparable...

Des larmes coulèrent de ses yeux. Face à cela je me sentis désemparé de l'avoir faite pleurer à nouveau.
- Non... ne pleurez pas... Je ne voulais pas...
- ...erci...
- Qu'est-ce qui y a ? Je n'ai pas entendu.

Elle se releva en s'essuyant le visage, puis me regarda avec un immense sourire de joie :

- Non rien, je n'ai rien dit du tout héhé...

Une rencontre sous la neige, des souffrances endurées, un instant de bonheur pur et simple... La roue du destin s'était enclenchée sur l'avenir de ces deux êtres que tout opposaient, pour tourner et tourner de plus en plus vite, pour, au final, se briser inéluctablement...


5eme mouvement : L'arc des souvenirs 3eme partie et fin

Musiques-clés : Commencez avec Don't cry - Yours (2:18), puis au moment du *** passez à Rain- Sid (4:16) et remémorez vous vous même toutes les choses que Angel a faites avec elle, puis dès que vous réatteignez l'endroit où vous en étiez, passez à Hello - Yours (2:40) jusqu'à la fin.





Le récit :

Les jours qui suivirent furent les plus paisibles que j'avais connu, apparemment elle n'avait plus de lieu où habiter, devant sa situation je lui avais donc proposé de rester chez moi dans cette cabane qui était devenu chaleureuse malgré sa simplicité, cette cabane était devenu un lieu auquel on pouvait à présent revenir avec plaisir et non plus par nécessité.

Chaque jour était synonyme de paix et de joie et j'espérais que cela fusse la même chose pour elle.


- Est-ce que ça te plais de vivre avec moi ici ? Parce que c'est quand même assez dur de vivre ainsi dans la nature, de s'inquiéter de ce qu'on pourra manger, etc...
- Hmm... Oui bien sûr... tu sais ça fait à peine quelques jours depuis notre rencontre et pourtant ta gentillesse dépasse celle de tous les individus que j'ai pu rencontré dans ma triste vie...
- Ah... euh... et bien je n'ai rien fait de spécial pourtant... J'en suis vraiment heureux...
-... Si ça serait possible j'aimerais rester avec toi... pour toujours...

- J'apprécie également beaucoup ta compagnie, c'est pourquoi j'accepte ta requête avec plaisir... Je souriais de tout mon coeur pour la première fois de ma vie...
- J'aimerais que tu réalises le rêve qu'a toute femme... Marions-nous...
- Ah... euh... d'accord...

J'acceptais sans y avoir vraiment réfléchi et malgré le fait que je ne savais pas ce que c'était...

- Bon ça ne sera pas vraiment un mariage... mais plutôt un serment... Moi Aokurin je jure de passer ma vie avec Angel que je ferais tout afin que son bonheur soit réalisé et que nous puissions vivre heureux chaque jour de notre courte vie... Maintenant c'est à ton tour... Elle me souriait.
- Euh... Moi Angel je jure de passer ma vie avec Aokurin, que je ferais tout afin de protéger les moments de bonheur que nous avons et aurons dans l'avenir et je jure de rendre heureuse celle qui passera le reste de sa vie avec moi...

Nous nous enlacions dans cette cabane, l'atmosphère y étais douce et vraiment agréable. Je voulais sincèrement que ces jours heureux dureraient éternellement...



Trois mois plus tard, un jour alors que j'étais parti un peu plus longtemps à la recherche de nourriture, une fumée noire s'élevait du lieu où notre cabane se situait. Laissant ce que je portais, je me précipitais vers notre maison, le corps de Aokurin se trouvait devant notre cabane qui était réduite en cendres.

Je me précipitais à ces côtés, elle avait une grande entaille sur le torse son sang coulait à flot, je fis ce que je pouvais pour essayer de bloquer un peu le flux, d'un geste lent et fragile elle posa la main sur ma joue, elle me regarda avec ses yeux qui se remplissaient de larmes et me dit faiblement :


- Je... suis désolé... Je... n'ai... pas pu faire de... nos jours... des jours... remplis de bonheur...
- Mais si chaque jour que j'ai passé avec toi étaient uniques, je n'avais jamais connu cela auparavant... ne meurs pas... s'il-te-plait... Des larmes commencèrent à couler de mes yeux...
- Tu m'as... tant donné... un nom... un toit... une raison de vivre... mais surtout tu n'as pas hésité à jurer de... passer le reste de ta vie avec moi... je t'en serais éternellement reconnaissante... Ne pleure pas... Je... Je t'aime Angel...
- Non ne pars pas on va continuer à vivre ensemble tout les deux... Mes larmes se transformèrent en sanglots... Je t'aime aussi Aokur...

Avant que je ne pus finir ma phrase, la dernière étincelle de vie qui était dans ses yeux disparut et elle s'effondra, inerte, dans mes bras...
Tous les moments que j'avais passé avec elle me défilèrent dans ma tête, de notre rencontre à cet instant... ***

- Non réveille toi... allez... tu ne peux pas me laisser tout seul...

La chaleur de son corps commençait à se dissiper, je me mis à la serrer de toutes mes forces comme si je voulais que ma propre chaleur corporelle lui soit transmise... que ma propre vie lui soit donnée...

J'entendis des voix dans mon dos, c'étaient les mêmes voix que celles de ceux qui nous avaient agressés le jour de notre rencontre, ils rigolaient... ils se moquaient de la vie des gens... Je pris mon couteau à la main et me précipita derrière moi pour les tuer... tous... un par un...

Les éclats de voix qui provenaient de la ville me semblaient trop joyeux... ils se moquaient de sa mort, ils l'avaient même poussée à vivre dans la misère et dans la tristesse... Ils étaient tous coupables de sa mort... Je me rendis à la ville : deux personnes marchaient tranquillement comme si ils ne savaient pas qu'elle était morte à cause d'eux... Je les tuèrent eux aussi... Je continuais à tuer et à égorger chaque personne que je rencontrais ainsi...


(N'y a-t-il donc aucune justice dans ce monde ? Je vouerais une colère éternelle envers tout ceux qui traiteront les êtres faibles d'une mauvaise façon...)

Alors que je retournais au corps de Aokurin, un groupe de soldats me prit en chasse je me reçus 2 flèches dans l'épaule et une dans le poumon droit, je me mis à cracher du sang, je me pris 3 autres flèches... Je m'effondrais sur la neige au côté de Aokurin... plein de rage et de tristesse... Dans un dernier effort je serra la main d'Aokurin avec la main gauche, celle qu'elle avait fracturée et soignée par la suite, une main pleine de reconnaissance... puis je regardais à nouveau ses yeux bleus turquoises à présent dénués de toute vie... Mes yeux versèrent des larmes à cette vue... Ma vie s'éteignait à nouveau...



...... Mes yeux s'ouvrirent à nouveau, je vis l'être, qui sortait de mon ombre à chaque fois, qui se penchait sur moi :

- Alors ?
- ....
- C'était une expérience douloureuse n'est-ce pas ? Tu as toujours l'esprit sain non ? Réponds moi !!!
- .... Laisse moi tranquille....
- Alors qu'est-ce que ça t'as fait de voir ton passé ? Me dis pas que t'as pété un cable comme tout les autres ? Hahaha

La rage et la tristesse qui me hantaient me fit perdre toute capacité de jugement, je me levais d'un coup et projeta "l'autre" à terre en plaquant ma main sur son visage.

-... Arrête de rire... tu ne sais absolument rien... c'est ça ton épreuve me donner un coeur puis me le retirer brutalement ?!!... Maintenant c'est à ton tour de mourir... N'aie aucun regret, c'est MA justice qui te juge...

J'avais récupéré mon sabre et lui planta dans son masque à l'aide de mes deux mains... Son corps arrêta de bouger... Son enveloppe énergétique explosa... L'énergie qui résulta de cette explosion m'enveloppa soudainement...

Un être sortit de la fumée qui résultait de l'explosion, sous ses yeux on voyait des trainées noires semblables aux larmes que l'on versait par tristesse, deux ailes noires lui sortaient du dos, mais les plumes qui tombaient tout autour de cet être étaient d'un blanc pur, sa main droite était d'un noir profond, ce noir se prolongeait jusqu'à l'avant-bras, tandis que sa main gauche était d'un blanc immaculé, le trou de Hollow qui se trouvait sur son épaule gauche voyait des trainées noires semblables à du sang en sortir de chaque côté, des chaines noires entouraient chacun de ses bras comme le rappel d'un serment passé, une épée à double tranchant était rangée dans un fourreau sur le flanc de cet être, malgré la noirceur qui ressortait du personnage la lame était d'une couleur blanche et l'on pouvait voir des reflets bleus turquoises dessus...

On pouvait entendre une voix :
"Resurreccion Secunda Etapa : Juge, Enjeru Kaminari"


6eme mouvement : Errance dans les ténèbres...

Musique-clé : Confession (Vocal) - Yours (2:22)



Le récit

Je savais que la mort de Aokurin était survenue il y a probablement plusieurs centaines d'années, mais c'était comme si tous les mois que j'avais passé en sa compagnie, s'étaient déroulés il y a un instant. Je sentais encore sa chaleur se dissiper, son corps qui était devenu inerte dans mes bras, ...

La vérité que j'ai donc trouvé ne m'aurait conduit qu'à la tristesse totale...

Je sentis un reiatsu anormalement élevé s'approcher à grande vitesse de moi, mais cela ne comptait plus, j'en avais marre de ce simulacre de vie, la seule personne qui n'avait jamais compté pour moi était déjà morte depuis plusieurs siècles déjà...

- Alors c'est donc toi l'autre personne à avoir découvert sa vérité...

Un Arrancar aux longs cheveux noirs, ayant des trainées noirs qui coulaient de ses yeux et de son trou, possédant des ailes semblables à celles des chauves-souris, ayant des bras noirs comme l'ébène...

- ...
- Je comprend plus que quiconque ta situation...
- ... (C'est donc lui l'autre à avoir découvert la vérité... On se ressemble...)
- Tu n'as pas à répondre maintenant... mais sache que à présent tu vas devoir traverser une épreuve encore plus dur... même moi je ne pourrais t'aider... Mais je vais t'offrir un moyen de me contacter... Ne dis rien prends le...

Il concentra son énergie dans sa main pour en faire une sorte de lance et grava un symbole sur mon bras droit, celui qui était noir... La douleur ne m'atteignait même pas.

- Maintenant je te laisse... Accroche toi à la vie... Fais tout ton possible pour vivre... Survis... Et reviens me voir...
- ...

Il disparut aussi vite qu'il était venu... "Vivre" cet ordre qu'il m'avait donné me semblait être une tâche insoutenable...

Je m'asseyais sur le sol, j'en avais marre, je voulais qu'on me laisse tranquille, je planta mon épée, avec ma main droite, face à moi, ses reflets bleus turquoises et sa couleur blanche me rappelaient ses yeux et sa personne. Un immense sentiment de tristesse et de culpabilité me prit.


(J'aurais dû être là... J'aurais dû rester avec elle... Je n'aurais pas dû la laisser seule....)

Un mois passa, durant ce mois, chaque jour, les larmes coulaient de mon visage, je n'avais pas bougé de cet endroit, j'étais toujours assis à culpabiliser dans ma tristesse, j'étais seul, complètement seul dans l'obscurité la plus complète...
Cette obscurité avait affecté tout mes sentiments, je ne ressentais plus rien, rien de plus qu'un immense vide...

C'est dans cet état que je me décidais à appeler l'Arrancar qui m'avait parlé, il vint aussitôt après mon appel :

- Alors ?
- ... J'ai décidé de continuer ma justice...

Je disais cela sans grande conviction, le regard vidé de toutes émotions...


Il m'observa et me prit mon épée :

- C'est une arme intéressante...

Il me la planta dans le corps, mais contrairement à ce que "l'autre" avait fait, il la laissa plantée en moi, mon énergie diminuait à vue d'oeil, je retrouvais très vite ma forme initiale, au bout d'un moment il la retira de mon corps

... Je vais t'ouvrir un passage vers un monde où tu n'as encore jamais mis les pieds, mais fait attention une fois là-bas tu devras être attentif à ce que tu fais... Il ne devrait te rester qu'assez de reiatsu pour des techniques basiques... donc les Shinigamis ne devrait pas t'embêter... Fais disparaitre ton épée aussi...

Il ouvrit un Garganta et me traina dedans :
- ... J'attendrais que tu aies fini...

Il referma le Garganta sur moi, je n'avais aucune idée de l'endroit où il m'envoyait...

L'endroit où je réapparus ressemblait à une ville, mais d'un temps ancien... Peu importe l'endroit où j'errerais je continuerais d'errer, vide de tout sentiment...

_________________
"Nous n'avons pas de corps, craignez nous...
Pour cela aussi, vénérez nous..."



Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 3 Aoû - 11:28 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Juyon Bantai Index du Forum -> Juyon bantai -> Histoires Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com